• f f

    La Galerie est ouverte du mardi au samedi de midi à 17 h.
    Bienvenue !

    The Gallery is open Tuesday to Saturday, noon to 5 pm.
    Welcome!

    5455 De Gaspé • espace 108
    Montréal, Québec
    H2T 3B3
    T 514.907.4535
    info@occurrence.ca

    Campagne de financement 2018
    Faire un don/Make a donation
    2018 Fundraising Campaign

    Occurrence reçoit une aide ponctuelle au programme Aide aux projets du Conseil des arts du Canada.

Caroline Gagné | Quand un arbre tombe on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit

Quand un arbre_cr_Marion Gotti

Caroline Gagné | Quand un arbre tombe on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit

18 janvier – 02 mars 2019

Vernissage : le jeudi 17 janvier 2019, dès 17h30

 

« Le bruit d’une branche d’arbre qui, dans le tourment du vent, agissait comme un archet frôlant une coursive de métal, a été un déclencheur pour cette installation sonore. À partir de ce dernier, j’ai conçu une sculpture agitée de micromouvements que des sons, enregistrés au préalable, génèrent en temps réel. Le titre « Quand un arbre tombe, on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit » est un proverbe africain qui porte à réfléchir sur les événements les plus bruyants qui ne sont pas les plus importants, et que l’essentiel se construit souvent dans l’indifférence et la durée. Durant l’exposition, les visiteurs sont invités à écouter ces enregistrements sonores, mais aussi à ressentir physiquement les vibrations de la structure métallique de l’installation.

Depuis le début de ma pratique artistique, mes créations s’ancrent dans l’expérience de lieux que j’explore. Sur place, je m’imprègne des événements qui surviennent. Cela étant, mon attention s’est portée sur les mouvements répétés et apparemment anodins qui affectent ces lieux, comme ceux des piétons qui, à la longue, marquent le sol, ceux des vents et des courants marins, des glaciers qui se brisent et engendrent la dérive des icebergs ou ceux qui rythment la migration des oies.

Ces mouvements réitérés avec des nuances et les transformations de la matière altérée par l’usure, la vibration et les cycles de la nature sont quelques processus dévoilant des éléments qui modifient notre environnement sans qu’on y porte attention. Sur la base de ces processus, que j’observe, je compose des situations évolutives à partir de sons, d’images, de captations de mouvements, d’objets et de matières en configurant des espaces afin qu’en émergent des affects témoignant de notre rapport à ce qui nous entoure. »

– Caroline Gagné

Biographie

Caroline Gagné compte à son actif plusieurs résidences, expositions individuelles et collectives en plus de participations à des évènements internationaux. En 2011, son œuvre CARGO, présentée dans le cadre du festival Mois Multi, lui a valu un prix d’excellence des arts et de la culture de la Ville de Québec. Active dans son milieu, elle a complété une maîtrise interdisciplinaire en art à l’Université Laval en 2012, et assure la direction artistique du centre d’artistes Avatar depuis 2013.

carolinegagne.ca

« Un bruit monotone ne calme pas nécessairement.
Une foreuse ne calme personne, sauf peut-être le contremaître.
Néanmoins, c’est dans les bruits monotones que vous avez le plus de chance de trouver le calme.

Ce qu’il y a d’agréable dans le bruit du vent soufflant sur une forêt de pins, c’est que ce bruit n’a aucune arête, il est rond. Mais il n’a rien de glauque.
(Ou bien calme-t-il parce qu’il nous induit à imaginer un être considérable et débonnaire, incapable de sortir absolument de ses gonds ?)

Cependant, il ne faut pas trop regarder la cime des pins secoués par grand vent.
Car si l’on venait à s’imaginer assis sur leur faîte, dans un tel balancement, l’on pourrait et bien plus naturellement que se trouvant sur une balançoire ou dans un ascenseur,
à cause de ce bizarre et superbe mouvement là-haut, se sentir emporté, et, quoique s’efforçant de ne pas y songer, bien éloigné pour sûr de vouloir méditer ce balancement, on en est sans cesse occupé, on se sent toujours au sommet vacillant d’un pin,
on ne peut plus redescendre à terre. »

Conseil au sujet des pins

Poème de Henri Michaux

Cette œuvre a été réalisée grâce au soutien du CALQ.

Calq_noir