• f f

    La Galerie est ouverte du mardi au samedi de midi à 17 h— Bienvenue !

    The Gallery is open Tuesday to Saturday, noon to 5 pm —Welcome !

    5455 De Gaspé • espace 108
    Montréal, Québec
    H2T 3B3
    T 514.907.4535
    info@occurrence.ca

    Campagne de financement 2019
    Faire un don/Make a donation
    2019 Fundraising Campaign

    Occurrence reçoit une aide ponctuelle au programme Aide aux projets du Conseil des arts du Canada.

Christine Major | Fin de série

major2018Machines2:mainsanarchiques

Christine Major | Fin de série

01 novembre – 20 décembre 2019

Vernissage : le vendredi 01 novembre 2019, dès 17h00

 

Mes projets en peinture se construisent dans un aller-retour entre la réalité et la fiction en dialogue constant avec les enjeux artistiques et politiques soulevés par les images. Dans ce projet, les créatures étranges, les monstres, la marginalité, les objets inanimés et le registre de l’horreur m’intéressent particulièrement.

Je propose trois rubriques incomplètes en provenance d’une encyclopédie partielle sur la peinture, celles des monstres, des mannequins et des machines soit un parcours entre l’espace imaginal, expérientiel et d’assemblage. De connivence avec d’autres pratiques de l’image, ce sont à la fois des regroupements thématiques, mais aussi des manières de travailler à partir de propositions distinctes sur la peinture.

Je souhaite examiner l’infinie malléabilité de son langage, les ramifications spatiales, politiques, économiques, et conceptuelles de ses opérations. Que signifient peindre dans un contexte de pluralité ou d’indistinction des arts ? Pourquoi et comment se réclamer du champ de la « peinture » aujourd’hui ?

Cette série est une enquête sur les traces de son langage dans le champ élargi de l’art. Que peut-on s’autoriser autour des mots marge, marché, travail ? Le dépassement des limites permettrait-il d’imaginer une existence saisie dans l’étrangeté de l’instant ?

 

Biographie

Née en 1966, Christine Major vit et travaille à Montréal. Après avoir obtenu un baccalauréat en arts visuels et un second en théorie et histoire de l’art de l’Université d’Ottawa, elle poursuit ses études à l’Université du Québec à Montréal, où elle est professeure à l’École des arts visuels et médiatiques. Sa pratique de la peinture est engagée, empreinte d’enjeux identitaires et féministes, en plus de poser un regard critique sur la fonction de l’image dans les médias et de ses impacts sur la représentation des corps. Elle a réalisé une vingtaine d’expositions solos au Canada et fut conférencière dans divers contextes canadiens. Elle proposait une conférence-éxécutoire en tandem Tables renversées: Les états limites lors du colloque Arts, sociétés et partage des savoirs à l’UQAM (2019) et un atelier/conférence dans le contexte de Unsettling feminisms : Mobilisation, résistance, création lors du 40e anniversaire de l’Institut Simone-De Beauvoir de l’Université de Concordia (2018). À titre d’artiste et de cocommissaire, elle présentait récemment le résultat d’un projet contextuel underground intitulé L’affaire du 3915 Sainte-Catherine Est (2016) lors du symposium A Crimp in the Fabric: Situating Painting Today de l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver (2017). Elle faisait partie des expositions phares Le désordre des choses (2015) et Le projet peinture, un instantané de la peinture au Canada = The painting project : a snapshot of painting in Canada (2013), à la Galerie de l’UQAM. Ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections privées et publiques incluant celles du Musée national des beaux-arts de Québec, du Musée des beaux-arts de Montréal, de la Banque Nationale du Canada, d’Hydro-Québec, de la Caisse de dépôt et placement du Québec et la Colart Collection. Elle fait partie de l’exposition Joueuses/Joueurs. Énigmes et jeux d’esprit en art contemporain et d’ELLES aujourd’hui (2016), au Musée des Beaux-Arts de Montréal. Des critiques de ses œuvres ont été publiées dans plusieurs revues d’art, parmi lesquelles esse art + opinions, Canadian Art et Border Crossings. Son approche picturale est mise en contexte dans l’anthologie Desire Change, Contemporary Feminist Art in Canada(2017). Elle présentera prochainement avec le collectif Filles debouttes ! le projet Borderline Montréal/Baltimore au ICA Baltimore (2019) et au B-312 à Montréal (2020).

 

Christine Major – site web