• f f

    La Galerie est ouverte du mardi au samedi de midi à 17 h.
    Bienvenue !

    The Gallery is open Tuesday to Saturday, noon to 5 pm.
    Welcome!

    5455 De Gaspé • espace 108
    Montréal, Québec
    H2T 3B3
    T 514.907.4535
    info@occurrence.ca

    Campagne de financement 2018
    Faire un don/Make a donation
    2018 Fundraising Campaign


    Occurrence reçoit une aide ponctuelle au programme Aide aux projets du Conseil des arts du Canada.

Les Territoires Obligés | Nicole Panneton, Silvana Reggiardo

w12

Silvana Reggiardo, W. 2004.

NicolePanneton_Chroniquedunederive_Horizontale

Nicole Panneton, Chronique d’une dérive. 2018.

les Territoires Obligés
Jacinthe Robillard, commissaire

Vernissage : le vendredi 12 octobre, dès 17 h.
L’exposition se poursuit jusqu’au 10 novembre 2018.

Il y a de ces lieux, comme ceux-ci : ceux que l’on fréquente, jour après jour, aux chemins si régulièrement
empruntés que le regard du travailleur n’y voit plus que le théâtre d’une vie ordinaire, répétitive. Inversement,
ici sont rassemblées les oeuvres de deux artistes qui explorent différentes stratégies créatives afin d’illustrer le
fragment d’une existence bien de leur époque : c’est dans le travail alimentaire que leurs projets s’enracinent
et s’enrichissent. Chez Silvana Reggiardo, c’est par une discrète filature qu’elle reste à distance des inconnus
qu’elle observe et qui se rendent au boulot ou qui déjà s’y affairent; tandis que chez Nicole Panneton, c’est
dans une approche intime et intérieure que la route quotidienne est revisitée, réinterprétée et poétisée. Dans
un cas comme dans l’autre, ces territoires obligés, regroupés en de multiples détournements et collectionnés
dans la régularité des efforts de fourmis, nous permettent d’y retrouver de multiples espoirs – nous ne
sommes plus seuls.

Une démarche en exploration de la voix et en art performance transforme la pratique de Nicole Panneton
vers l’interdisciplinarité : performance, dessin, photographie et vidéo, arts textiles et écriture se rejoignent et
s’enchevêtrent avec fluidité. C’est dans une intention de création, où faire sens prend son essence dans les
fondements de son être, qu’elle laisse surgir l’intime : une manière de partager et de penser l’art au quotidien.
Depuis l’obtention d’un diplôme de premier cycle de l’Université Concordia, elle a participé à différentes
expositions individuelles et collectives au Canada, en Amérique centrale et du Sud ainsi qu’en Europe. En
plus d’avoir présenté de nombreuses performances en solo, en duo, et participé à des résidences de
création, elle a publié à compte d’auteur deux livres d’artistes intitulés Janvier ce qui est là (2013) et Mâcher
le stress au quotidien (2017). Son travail fait partie de collections privées et publiques. Elle vit et travaille à
Montréal. www.nicolepanneton.com

La relation à la photographie de Silvana Reggiardo relève d’une expérience sensible : expérience de la
marche, de l’espace, expérience visuelle, expérience instrumentée. Par cette approche phénoménologique,
sa recherche explore la dimension optique de la photographie. Sans chercher à documenter le réel, l’artiste
appréhende l’outil photographique avant tout comme un objet de vision plutôt que comme un instrument de
captation. Originaire d’Argentine, Silvana Reggiardo a grandi en France, où elle vit et travaille à Paris. Elle a
suivi une triple formation en photographie, conception multimédia et en sciences humaines à l’École
nationale supérieure Louis-Lumière, à Télécom Paris Tech et au Conservatoire national des arts et métier.
Son travail a notamment été exposé au Centre Photographique d’Île-de-France en 2016, après une
résidence artistique d’un an. Ses oeuvres sont présentes dans des collections publiques et privées, dont le
Frac Haute-Normandie, l’Artothèque de Caen, la Bibliothèque nationale de France, le Fonds national d’art
contemporain, le musée Carnavalet de Paris ou encore la fondation Cajamurcia. Elle est représentée par
Mélanie Rio Fluency. www.silvanareggiardo.com

Dans sa pratique artistique, Jacinthe Robillard travaille le genre du portrait et se sert principalement de la
photo, de la vidéo et des mots pour mettre l’accent sur les spécificités de chaque participant. Elle se sert
ensuite des formes de la répétition et de la comparaison pour accentuer les contrastes et ainsi rendre
apparentes les subtiles nuances chez les gens qu’elle observe. Diplômée de l’UQÀM en communications
(2004) et de l’Université Concordia en arts visuels (BFA 2009, MFA 2012), elle est l’une des cofondatrices du
Cabinet, espace de production photographique, maintenant devenu L’imprimerie, centre d’artistes. Avec les
Territoires Obligés, elle signe une première expérience de commissariat. www.jacintherobillard.com

 

Vernissage, 12 Octobre 2018